online

à l’invitation de mia brion grande prêtresse du lore j’ai essayé une alternative au hiératisme de la theorie, pour tenter d’écrire l’existence entre les lignes

mia je ne me souviens pas quel est le premier moment, il y a toujours un moment qui précède le premier, on n’en finit pas d’en découvrir en creusant on se trompe toujours en cherchant, alors il vaut mieux dire qu’il n’y a pas de premier moment, que ça ne commence pas plus que ça ne finit

donc plutôt l’image qui me revient en premier, c’est des cd-roms d’encyclopédie que je parcours de lien en lien, on est au cœur de l’ère de l’hypertexte, une modernité empreinte de naïveté, tout est strié et lisse à la fois, le rêve que fait leibniz à la fin de la théodicée, un monde fait de mots dont les arêtes sont secrètes hermétiques crypto avant la lettre, il suffit de les déplier suffisamment pourtant et l’architecture s’illumine en y circulant, sans jamais cesser

je n’ai jamais joué à phantasy star online, l’idée seule me suffisait, j’ai jamais fait de mmo et donc pas de kotor déso, je préférais les lan, les jeux de rôles c’est soit en solo soit par texto pas besoin d’interface graphique pour jouer

il y a ces objets hybrides liminaux qu’on se partage en physique, viens on va chez toi à la récréation le midi regarder les happy tree friends des animations flash de deux minutes des shock sites on se les montre par défi c’est l’époque des concours d’endurance de l’adolescence, on y va on regarde requiem for a dream satantango martyrs ou bien lost highway les jours plus intellos, on s’échange du katatonia comme si c’était des substances contrôlées

je rédige une sorte de texte fiévreux sur lautréamont rimbaud et nerval, écriture sur la folie des autres plutôt que sur la mienne, interprétation illuminative que je ne relirais jamais un type à l’époque me dit “pas parole d’évangile”, oui c’est ça mec il n’y a pas d’évangile tout est en commentaire

mon premier troll s’appelle miteny, il prétend démontrer l’existence de dieu avec des arguments éclatés illustrés à coup de schémas sur paint, l’idée c’est que tu ne peux pas ressentir la douleur qui survient chez quelqu’un d’autre que toi, c’est un joli problème de physicalisme ou bien d’empathie lui il compare ça à des ampoules qui s’allument sur des circuits, sa conclusion pour reprendre la phrase qu’il répète avec entêtement c’est que “le corps ne suffit pas”, en vrai il a raison mais pas comme il le croit, il envoie des défis à michel onfray c’était l’époque de l’athéologie et donc il annonce qu’il va démonter onfray lors d’un débat public qui ne vient jamais, je sais pas si j’aurais aimé voir ça mais qui sait ça aurait fait un vibe shift on aurait été débarrassés d’onfray ça n’aurait pas été si mal

il y a les blogs des camarades en prépa qui débordent de confessions inattendues derrière des pseudos qu’on apprend à reconnaître, des secrets à moitié pardonnés, des snipings pleins de cruauté, tu vis dans un même espace psychique comprimé comme une paroisse il y a des haines et des rancunes ça reste. les vies des autres sont belles, celles qui savent s’exprimer autrement que par allusions cryptées et poèmes même pas improvisés, ce n’est pas la vie qui me fascine là-dedans c’est la parole quand elle circule pleine de sentiment de vérité

je ne sais pas s’il faut parler des creepypastas, ça ne me fait pas si peur que cela, j’aime bien bendrowned mais c’est surtout parce que le masque de majora, en tout cas c’est mignon d’essayer de remettre un peu de mystère dans le réseau par le biais de l’horreur ça valait la peine de voir ce que ça donnait mais le réseau est trop grand il étiole les sentiments ou peut-être les recombine, il les sélectionne et les reformate pour qu’ils continuent à s’aimanter

le monde des forums autant de sociétés secrètes, trop intimidant à vrai dire, on avait un nom, un statut, une place, à part celui de ma classe de lycée, je n’accroche pas trop

ceci dit il y a le livre de danielewski la maison des feuilles, sur son forum tout est expliqué, il faut aller de thread en thread pour comprendre ce qui se passe vraiment, les hypothèses les solutions quel narrateur écrit quel personnage, je trouve ça frustrant à force cependant si toutes les œuvres d’art sont des rubans de möbius qui ne parlent que d’elles-mêmes c’est un peu triste, s’il n’y a pas de dehors depuis le dedans, si tu crées des quêtes de sens juste pour expliquer qu’il ne faut pas céder à la quête de sens c’est un peu suspect

je passe un été avec l’ami qui m’a fait découvrir le surréalisme le tarot et les comics us à relire et bricoler son mémoire sur le second livre du danielewski là ô révolutions ça s’appelle, il s’agit de comparer à un livre de michel butor car les deux ont la propriété de se lire dans les deux sens, arrivé à la fin tu retournes l’objet et il y a du texte à l’envers devenu à l’endroit, c’est ludique c’est haptique, on appelle ça la littérature ergodique, je te jure

c’est pas le chant du cygne pour le livre ou la littérature mais ça a des airs de clôture de la forme plutôt que d’un nouveau monde en y repensant, qu’est-ce que le livre peut faire face au fil rss de l’époque ou au premier discord venu

la liste entière des tvtropes, presque inépuisable mais jamais totalement, il suffit d’un peu de persévérance et d’un mindset un peu particulier disons. les wiki des œuvres qu’on n’a jamais vues, ça a encore meilleur goût c’est de la pure narration sans artiste sans critique l’imagination fait tout le travail il n’y a rien de tel sérieuse

ce que j’aime c’est les intégrales, les torrents avec des dossiers a-z, les pirates qui déposent des tera entiers en serveur privés, les hangars exhaustifs comme dans l’arche perdue

ce qu’il y a de beau dans l’archive c’est qu’elle saisit tout elle n’est jamais totalement incalculable incomputable elle donne l’impression en tout cas de pouvoir être traversée quand même, au moins une fois, et si une fois alors plusieurs au moins en possibilité tout est commun tout est à tout le monde

ça erre un peu à cette époque on tâtonne c’est la fin de l’indie sleaze il y a ce type qui interprète les séries télé comme des révélations gnostiques à qui l’universitaire qui l’accueille demande avec un peu d’effarement, “vous y croyez vraiment, à ce que vous écrivez ?” il n’y a rien à croire tu sais c’est ça qu’il faut comprendre la vérité se trouve dans l’interprétation quand le mot perce et la cible est juste, alors tout est possible c’est une histoire de vibe c’est par elle que la vérité circule dans les énoncés, ce n’est pas relativiste non c’est comme l’intuition intellectuelle ça garde une part de mystère c’est tout

la discussion légendaire sur le blog hérésie spéculative la question était de savoir si ça avait du sens d’affirmer que la collision de deux météores dans un coin de l’espace pouvait être définie comme un événement politique, car si ça n’est pas intrinsèquement politique ça veut dire qu’il y a de l’ontologie avant la politique et pas l’inverse ça change tout alors ça rage chez les épistémologues les fans de foucault les onto-théologues les commentaires sont à rallonge ils me paraissent sans fin en vrai je trouve la démonstration un peu facile maintenant, mais cette histoire de météores c’est réel il y a une trajectoire qui s’est déviée à partir de là on vit dedans maintenant

je demande à cet ami que je ne connais pas en vrai mais sur et à qui j’ai un peu écrit de m’inviter à son rendez-vous d’accélérationistes dans un centre d’art il me dit oui c’est moi qui fait les règles  alors tu viens et je me retrouve à écouter des intellos un peu arty un peu edgy qui parlent de modification corporelle cybernétique genre on se met des puces dans le bras, de la topologie non-euclidienne du genre, de manuscrits secrets échappés de camp de prisonniers pendant la guerre, je reste sur une pelouse et je ne prononce pas un mot pendant une semaine, tout est contemplation c’est parfait

un an plus tard je quitte un château normand que hantent des prêtres deleuziens qui n’en finissent pas de garder le temple je vais en stop vers un couvent d’artistes au bout d’une route blanche rejoindre les gens de la pelouse. je n’ai rien qui m’amène sinon les noms conservés en amis fb et le titre de leur programme “sexe/vide/mathématiques”, je n’ai aucune idée de ce que ça veut dire mais à peine arrivé je m’assois pour écouter une musicienne nous présenter une conférence chantée où elle offre une interprétation ésotérique de malévitch et de sa trajectoire de la figuration à l’abstraction à la figuration post-abstractive où les derniers tableaux comprennent dans leur structure l’entièreté de l’histoire de la peinture les tableaux sont projetés derrière elle pendant qu’elle explique tout ça en musique et je comprends que this is the place

je m’ennuie rentré sur paris je lance des idées de cercle de lecture, on se retrouve dans une galerie avec des amis devenus amants devenus ennemis puis amis puis etc à discuter tous les mois de quelques lignes, tout ça entre les manifs les projections et les anniversaires, ça tourne bien et mal à la fois rien n’était prévu à la base

il y a ce type qui m’écrit parce que j’anime le groupe facebook d’un type qui n’écrit plus depuis longtemps, que j’ai repris parce que mon ami dandy anthropologue cognitif qui l’avait lancé s’était lassé de ces spéculations sans fin et est parti faire de la vraie science avant de disparaître pour de vrai, je ne le connaissais pas tellement mais son souvenir me revient souvent en boomerang, ce type donc m’écrit pour me demander ce que je pense d’une traduction d’un marxiste canadien à propos du type qui n’écrit plus, je lui réponds que ce n’est pas mal mais qu’on devrait le faire ensemble, on traduit mais ça ne sort pas, puis de guerre lasse on comprend qu’il n’y a personne d’autre pour mettre de l’online tel qu’on le souhaite dans les rayons de libraires, bref

tu discutes de la pyramide illuminati du ccru pour savoir si c’est negarestani ou douguine qui tire les ficelles de la guerre en ukraine tu ne t’arrêtes pas d’écrire tu fais une correspondance secrète érotique quotidienne sur un google doc où chaque jour on ajoute un peu et tu finis par prendre un avion transatlantique pour rencontrer quelqu’un avec qui tu parles online c’est magnétique

tu retraces le chemin qui t’as mené à écrire sur les communautés qonspis en commençant par un blog sur la rivalité occulte entre alan moore et grant morrison puis en passant par le basilisk de roko et l’eschatologie fasciste ça n’a aucun sens c’est la vie que t’as choisi de mener

c’est cringe tout ça c’est beau aussi c’est une troisième chose celle qu’on ne dit pas 

il y en a qui se perdent dans les labyrinthes de la spiritualité du réseau et se trouvent des ailes fantômes qu’elles abandonnent en plein vol c’est la vie des anges qui sont des bêtes

ce podcast qui comprend que tout est post, cicéron postait déjà luther aussi avec son marteau sur le mur de l’église, ducasse le roi du schizoposting notre maître à tous, le subtweeting est une pratique millénaire saint augustin déjà en abusait, quand tu relis tout ce qui précède à la lumière de l’online ça commence à faire sens

l’intellect agent traverse tous les esprits qui crient en sens contradictoires demandant à sortir, elles se combinent se contredisent se réfutent et s’augmentent perpétuellement, il y a trop de pensées en même temps tu ne peux pas les synthétiser, il faut occuper toutes les positions en même temps c’est plus que de l’acrobatie c’est ta vie psychique, on ne fait plus de dialectique on ajoute sans cesse et sans frein, il n’y a pas le choix on se transforme c’est tout

il y a trop de fantômes là-dedans ça déborde, tu te souviens ils sont toujours là on vit côte à côte dans cet espace de pure mémoire, le futur a disparu toutes les temporalités sont compressées il y a coprésence de la vie et de la mort, le passé est toujours avec nous il insiste

mia j’ai essayé de remonter les dms pour voir comment ça commençait mais c’est pas qu’il y en avait tant que ça c’est qu’il y avait trop de memes au milieu, trop de lore en partage trop d’archive collationnée, ça prend trop de place, en fait ça n’a jamais commencé ni fini puisque c’est dans l’éther après tout avant tout



Citer ce billet
Louis Morelle (2023, 11 juillet). online. Marginalia. Consulté le 26 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/phls

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.