Notes sur le nihilisme

L’orientation de pensée qu’on appelle nihilisme, et ses diverses variantes (pessimisme, existentialisme, absurdisme, scepticisme), possède un certain caractère insurmontable. Sa pauvreté apparente va de pair avec le dénuement qu’elle impose à toutes ses rivales. Ses aspects parfois juvéniles, qui la réduisent à l’ânonnement d’une prémisse un peu lasse, et se font passer pour une sagesse sans savoir, n’entament pas son efficace. 

Comprendre cette tension suppose de situer toutes les thèses générales sur l’existence sur un plan commun où elles se trouvent toutes équivalentes, car également vraies. Dans leur état élémentaire, elles forment l’explanans de toute philosophie. Au-delà de ce cercle, elles se métamorphosent en doctrines et positions singulières ; elles ne peuvent atteindre ce stade qu’à condition de se méprendre, provisoirement au moins, sur le caractère inchoatif de la vérité qu’elles portent. Tous les versants élémentaires, tous les ismes du commun antérieurs aux doctrines particulières, coexistent simultanément. C’est en ce sens que toutes les idées sont vraies, et leur entrelacement, la seule tâche à accomplir.

Le nihilisme, au sein de ces dispositions élémentaires, est sans doute la plus primitive, en ce qu’elle commence et s’arrête avec l’acte d’interpréter, avec la recherche de l’objet de la connaissance ou du sens (absent le contenu de ceux-ci), avant même le premier pas. De la formulation du paradoxe du Ménon, elle conclut que celui-ci est bien formé, et l’entreprise inutile. 

Dans sa forme, il s’agit donc de la pensée la plus simple, et de la disposition la plus paresseuse. Dire cela, ne préjuge pas de la pertinence, ni de la vérité ultime, ou de l’intérêt des positionnements singuliers qui peuvent être dérivés à partir d’elle. Mais revient simplement à remarquer que, dans son affirmation de la vanité de toutes choses, le pessimisme inclut la vanité de sa propre pensée, et que sa conclusion pouvant se résumer en un non généralisé face à l’existant, elle n’exige rien de plus que cette syllabe initiale : une retenue à peine articulée.

Il se peut bien que celle-ci réclame un effort immense, un tempérament rare ou une lucidité coûteuse. Et de fait il existe bien des manières de faire passer pour une ascèse le refus inhérent au nihilisme. C’est ici que cette disposition, si l’on souhaite rester fidèle à son impulsion essentielle, trouve sa troisième vérité, qui n’est plus celle de son contenu, ni la forme qu’épouse sa construction de pensée, mais la relation entre la pensée et l’être qui la pense, contenue dans son acte : toute pensée échappe à qui la formule, toute pensée trahit son objet. La vanité universelle s’étend jusqu’à sa propre vérité, qu’elle ne réalise qu’en se rendant flottante et incertaine comme un coup de dés. 

Le nihilisme, comme organisation de l’insatisfaction, ne laisse jamais tranquille, et ne reste vivant qu’à condition d’adopter la forme fantomatique d’un soupçon venant irriter insidieusement et sans méthode chaque affirmation, chaque interrogation, la rêverie la plus intermittente. Ainsi seulement l’exigence absolue rejoint la plus profonde paresse, l’ascèse se réconcilie-t-elle avec l’indolence.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.