Le pluralisme ontologique de Bruno Latour, une exploration philosophique de l’Enquête sur les modes d’existence

Diplomatie ou ontologie, il faut choisir

Il y a quelques années sortait un ouvrage séduisant et à l’ambition hyperbolique, intitulé Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes. J’attendais de présenter un projet de thèse, en dehors de cela l’absence d’obligations académiques m’offrait (on aimerait dire paradoxalement mais en réalité ce l’est assez peu) l’occasion de consacrer de longs mois à l’effort au fond assez naïf de comprendre ce que disait ce livre, quelle était son intention, et si d’aventure il parvenait réellement à la réaliser. Le résultat en fut un document de recherche à la fois exhaustif et inachevé, trop long pour un article, légèrement trop court et laissant de côté trop de questions importantes pour constituer un livre.

Le temps a passé, j’ai commencé un doctorat dont les soucis m’ont peu à peu éloigné matériellement aussi bien qu’intellectuellement de l’entreprise latourienne (notamment sur la possibilité de concilier le pragmatisme pluraliste avec les ambitions spéculatives issues de la Naturphilosophie) ; le travail a un peu circulé, il m’a permis de participer avec un enthousiasme juvénile aux ateliers d’écriture organisés par l’équipe du Medialab, j’en ai tiré quelques interventions de séminaires, un ou deux articles (sur les ontologies « libérales » de Garcia, Harman, Latour et Markus Gabriel, sur la relation entre anthropologie et philosophie) en sont indirectement issus, mais je ne suis jamais vraiment revenu sur ce texte pour le retravailler correctement. Il aurait fallu y rajouter des développements sur la pensée politique de Latour, d’autres sur la sociologie des sciences et l’épistémologie ; des livres ont commencé à sortir, un de Graham Harman (qui ne me parle plus depuis que je l’ai critiqué dans l’article cité plus haut), un autre, très bon, de Henning Schmidgen, un troisième de Gérard de Vries que je n’ai que parcouru mais qui a l’air excellemment synthétique, Latour lui-même s’est progressivement éloigné de la métaphysique (sensu stricto comme lato), bref le kairos s’est un peu évaporé, et me voilà embarrassé avec 300 000 signes d’analyse approfondie, qui me tiennent à cœur, que je trouve encore assez justes, que j’ai la flemme de reprendre, et qui ne servent à rien en l’état.

D’où ce post, qui n’est que prétexte à mettre en ligne le texte en question : une exploration semi-détaillée d’un auteur bien plus souvent lu qu’il n’est compris (à certains égards, de son propre fait) ; qui tente de tirer les grands fils, historiques, disciplinaires, spéculatifs, de son œuvre, en la prenant le plus au sérieux et en lui donnant maximum de crédit théorique possible ; qui n’a aucune autre finalité que de m’expliquer à moi-même quelque chose que je ne comprenais pas, dans un geste de désintéressement intellectuel aussi vain et gratuit qu’il fut libre, dont je ne sais exactement ce qu’il peut apporter à d’autres ; mais encore une fois, c’est toujours mieux quelque part sur la Toile que coincé dans un disque dur, donc :

À ce texte, j’ajoute une sorte de post-scriptum, dernière tentative acrobatique, un peu désespérée, de dialectique entre l’un et le multiple, inspirée par des discussions stimulantes avec Pierre-Laurent Boulanger et Patrice Maniglier autour des ateliers EME :

Bonne lecture !

Where’s your Gaia now ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.