Notes sur le romantisme (2) : Involution du transcendental

L’ontologie romantique est toujours en danger d’aller trop loin dans son ambition de capture de l’absolu. A l’inverse la retenue et la réflexivité de l’ontologie critique, qu’elle soit méthodologique (Kant) ou dialectique-historique (Adorno), lui donnera toujours un confort, une solidité plus grandes. Pourquoi risquer alors de sombrer dans l’identification projective, dans l’hubris et la schwarmerei ? Qu’est-ce qui pousse les philosophes à céder sans cesse au besoin ontologique si habilement discerné par Theodor ? Le versant rationaliste de la naturphilosophie soutient qu’il est indispensable d’inscrire au sein de l’ontologie, , en même temps que le codicille de sa contingence comme pensée, celui de sa contingence comme nature : autrement dit, que le recul critique n’est pas seulement modestie, qu’il contient en lui un aveuglement involontaire, et coupable, à la finitude de la finitude, au caractère conditionné de la pensée en tant que pensée, dont il prétend pourtant parler. Il s’agit en ce sens non pas tant de rejeter l’idéalisme du transcendantal, mais d’inscrire à l’intérieur du concept même la condition d’extériorité de la nature à l’égard du concept, et surtout de rendre cette extériorité active, déterminative, plutôt que d’en faire une simple stipulation générale. La nature n’est pas ici un Principe à la pureté ineffable, mais une Condition de toute intelligibilité : inintuitionnable en tant que telle et simultanément articulable par le concept conditionné par elle. Elle permet, sur le mode de la causalité et de la nomination rétroactives plotiniennes, d’installer au sein du système la nécessité de le décrire comme contingent. 

Les systèmes qu’on engendre dans cette optique ont toujours quelque chose de monstrueux, qui tient à la tension inhérente au projet de faire parler la nature au cœur de toute pensée, de procéder à une identification disjonctive de la pensée avec ce dont elle procède : retrouver par une sorte d’hyperbolie critique la voie de l’extase panthéiste et cosmique dans tout ce qu’elle apparaît avoir de dogmatique. Cette involution du transcendantal, qui a tous les airs d’une perversion (Deleuze figurant à cet égard le plus grand pervers ontologique qui soit), ne sait produire que des systèmes paranoïaques, ou des esquisses infinies d’un grand Œuvre toujours inachevé, qui finit par symboliser involontairement le caractère en définitive palimpsestique du grand livre de la Nature dont parlait Galilée. C’est sans doute le prix à payer lorsqu’on veut retourner la raison contre elle-même, en elle-même.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.