Les voies du rationalisme (essai de définition spinoziste)

On trouve, dans l’excellent Spinoza contra Phenomenology : French Rationalism from Cavaillès to Deleuze, une caractérisation du rationalisme qui résume en quelques lignes les enjeux philosophiques centraux à ce sujet (pages 6-10). Elle prend la forme d’une suite d’embranchements conceptuels :

Premier embranchement : Le rationalisme, en tant qu’ethos, implique l’engagement en faveur d’une conception de la raison capable (quelle qu’en soit la définition spécifique) de s’affirmer de manière autonome (supervene) à l’égard de l’expérience et du vécu en tant que sources de connaissance (insight). Soit l’on souscrit à cet ethos sous sa forme la plus générale, soit on le refuse, ce qui revient à souscrire à une forme de vitalisme ou de spiritualisme (dont Bergson serait l’exemple paradigmatique).

Cette distinction préliminaire opérée, l’on parvient au second embranchement, qui concerne le statut du sujet : celui-ci est-il une instance fondatrice, ou seulement le produit d’autres forces plus fondamentales ? Ici s’opère la scission entre rationalismes cartésien et spinozien. La branche cartésienne se retrouve dans la tradition française de l’humanisme, par exemple avec le rôle central qu’y joue Kant ; c’est, note Peden, en tant qu’attaché au rôle fondateur du sujet, et par là à Descartes, que Husserl est accueilli en France dans un premier temps. La seconde branche, à l’inverse, se signale par une tendance à l’anti-humanisme, qui va, d’après Peden, former l’un des thèmes majeurs de la pensée française d’après-guerre. Y souscrire requiert cependant une clarification supplémentaire quant au statut de ces forces.

C’est ici qu’intervient le troisième embranchement : ces forces, ou ces processus antérieurs au sujets, sont-ils, au moins en principe, susceptibles d’une élucidation rationnelle, aussi abstraite ou incomplète soit-elle ? Être un spinoziste, c’est estimer une telle possible, et travailler à l’accomplir. Rejeter cette possibilité revient à ratifier la destitution de la pensée au profit d’une autre instance fondatrice, et par là à abandonner l’engagement rationaliste en tant que tel (Foucault, Derrida, Lacan).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.